Un chantier de réhabilitation hors norme

Projet phare du concours Réinventer Paris, Morland Mixité Capitale est plus qu’un simple bâtiment : 11 usages différents y sont conjugués.

Emerige, avec David Chipperfield Architects, CALQ Architecture, Michel Desvigne et Olafur Eliasson, s’appuie sur Bouygues Bâtiment Île-de-France pour réaliser ce chantier multi-facette mêlant construction neuve et réhabilitation.

Des partis-pris architecturaux

Le bâtiment Morland : magnifier l’architecture moderniste

Un travail minutieux de remplacement de chaque pierre de façade a été voulu, afin de respecter l’architecture existante conçue par l’architecte Albert Laprade. De nouvelles pierres à l’identique, issues d’une carrière alternative, composeront la nouvelle façade de l’Immeuble de Grande Hauteur.

 

Ses façades sont marquées par une trame porteuse de colonnade de poteaux verticaux habillés de pierre et des fenêtres portées par des allèges pleines. Des balcons ainsi que l’architecture esthétique des deux derniers niveaux offriront un traitement de façade différent, dont le point d’orgue sera l’œuvre panoramique d’Olafur Eliasson.

Les bâtiment neufs

L’auberge de jeunesse et le nouveau bâtiment central qui rejoindra le quai Henri IV, reposeront intégralement sur des voûtes en béton, double hauteur. Ces dernières libèreront ainsi au sol un parvis dans la continuité de l’espace public qui permettra d’entrer directement en cœur d’îlot.

Cette nouvelle desserte, donnera accès aux différents commerces, marché et cours intérieures dont la végétalisation a été confiée à Michel Desvigne.

 

Ce nouveau bâtiment central permettra de rétablir le front urbain sur la Seine et de participer à l’animation des quais de Seine.

 

Pour les façades des nouveaux bâtiments, ont été faits le choix de mur-rideau métallique habillé de shadow box et de vitrages clairs, dans une logique de modernité et continuité.

11 usages finaux pour un chantier d’une très grande complexité…

Chaque usage futur correspond à des exigences et des besoins spécifiques : un hôtel 5 étoiles, une crèche, une salle de fitness, un marché ou un parking ne répondent pas aux mêmes normes réglementaires, ni aux mêmes points de vigilance pour un usage optimisé.

 

La mixité du projet impacte le chantier à tous les niveaux, des arbitrages architecturaux mêlant rénovation et constructions neuves, aux techniques employées, en passant par les choix des matériaux.

…et d’une très grande exigence

Le projet a de fortes exigences en termes d’éco-responsabilité, de prestations innovantes et de techniques de construction : symbole d’une ville durable, Morland Mixité Capitale s’inscrit déjà comme un modèle d’économies énergétiques comportementales. Dès la phase de rénovation, le site s’envisage comme une mine urbaine et privilégie le réemploi des matériaux.

Une « nudge unit » participe à accompagner le changement et diminuer l’empreinte carbone du projet. Dès son ouverture, le lieu bénéficiera des dispositifs techniques les plus innovants en matière d’énergie, de recyclage et de valorisation locale des bio-déchets.

Un démonstrateur du réemploi des matériaux

La Maison du Projet de Morland Mixité Capitale s’inscrit dans une expérimentation de réemploi de matériaux de construction. Partant du constat que les déchets de chantier peuvent être des ressources à utiliser, Emerige, avec les architectes d’Encore Heureux, a réalisé la Maison du Projet avec 60 % de matériaux réemployés issus du curage du bâtiment historique de Morland.

 

Par ailleurs, sa structure en bois et son mode constructif rendent ce lieu d’information et d’animation entièrement démontable et remontable pour une utilisation future.

Promouvoir la connectivité

Tous les bâtiments de Morland Mixité Capitale sont dits intelligents, grâce à une solution innovante développée par la société Ubiant. Une application spécifique permettra, à l’aide d’un smartphone ou d’une tablette, d’interagir avec l’environnement du bâtiment et d’avoir accès à de nombreux services.

 

Cette technologie est la garantie, pour les futurs utilisateurs, de pouvoir gérer leur bâtiment au mieux, en fonction de l’usage qu’ils en ont.

Des voûtes en béton architectonique

Traversant le site du nord au sud, des arches et voûtes massives constituent à la fois une ambition architecturale d’horizontalité et de fluidité et une technique de soutènement. Chaque arche exprime via sa fonction, sa charge et sa position, son propre caractère.

 

Enjambant la ligne 7 du métro par un pontage, les bâtiments neufs seront également posés sur des arcades constituées de 38 voûtes en béton apparent architectonique coulé sur place. Toute la superstructure d’aspect brut, met en valeur la qualité du béton utilisé, des coffrages et de la mise en œuvre.

Crédits : © Elise Robaglia / Potion Médiatique et © Charlotte Toscan