Morland au fil de l’histoire

Amarré aux rives de la Seine, Morland représente le Paris d’hier et de demain. Il est le symbole de la modernité et des grands travaux architecturaux qui jour après jour transforment l’espace urbain de la métropole.

Sur les terres d’une ancienne île fluviale

 

Dans les années 1840, sous l’impulsion de Louis-Philippe, Paris se modernise et les premiers grands travaux font disparaître l’île Louviers. Rattachée à la rive droite par le comblement du bras de Grammont, elle donne naissance au boulevard Morland.

 

 

Sous le signe de la victoire

 

Le boulevard, comme de nombreuses voies et ouvrages du quartier, porte le nom d’un officier supérieur tué à la bataille victorieuse d’Austerlitz en 1805, le colonel français François Louis de Morland, dit Morland.

Au numéro 17

 

Au numéro 17, les architectes Albert Laprade, Pierre-Victor Fournier et René Fontaine, construisent de 1957 à 1964 un vaste immeuble, baptisé « immeuble Morland », pour y accueillir la préfecture de la Seine. En forme de H en plan, l’immeuble de 16 étages mesure 50 m de hauteur. Il émerge et se distingue au cœur d’un quartier de tradition haussmannienne et offre déjà une vue exceptionnelle sur Paris. L’édifice abritera les services de l’État jusqu’en septembre 2011, avant que la Ville de Paris n’y installe ses services administratifs.

 

Une conception avant-gardiste

 

Ce monumental bâtiment administratif, un des plus importants de l’époque avec ceux de l’UNESCO et de l’OTAN, revêtu de pierres et avec une ossature en béton, est emblématique du Modernisme, caractérisé par un décor minimal, des lignes géométriques pures et fonctionnelles.

Les dates clés

1825 : Création du port de l’Arsenal

1844 : Dénomination du quai Henri IV et boulevard Morland

1879 : Construction du pavillon de l’Arsenal

1890 : Démarrage des travaux de la caserne des Célestins qui héberge la Garde républicaine

1957 : Démarrage des travaux du centre Morland

1964 : Naissance de Morland, ouverture de la Préfecture de la Seine

2016 : Morland Mixité Capitale lauréat du concours Réinventer Paris I

Crédits : Tavernier (extrait du croquis du plan de Paris) et Todor Atanassov (auteur) & Vassia Atanassova – Spiritia